Ces produits incontournables de nos salles de bains permettent aujourd’hui de lutter efficacement contre la transpiration et ses désagréments. Pourtant depuis quelques temps, ils souffrent d’une mauvaise réputation. Alors, stop aux idées reçues et aux préjugés, car il est tout à fait possible d’être protégé des mauvaises odeurs tout en préservant notre santé.

 

Zoom sur la transpiration

 

La transpiration est un mécanisme naturel indispensable à l’organisme, qui assure des fonctions essentielles :

 

Nous subissons tous les tracas de la transpiration dans notre quotidien et son odeur désagréable est due à sa dégradation par les bactéries présentes à la surface de la peau. Pour éviter cette gêne, il est donc nécessaire d’utiliser des produits adaptés.

Déodorants, anti-transpirants : quelle différence ?

 

Il existe deux catégories de produits qui se différencient par leur mode d’action :

Les déodorants : permettant de lutter contre les odeurs et leur formation, en empêchant le développement des bactéries qui en sont responsables. Ils contiennent antibactériens et parfums.

 

Les anti-transpirants : resserrant et bouchant les pores de la peau, ils bloquent la transpiration pour plusieurs heures. Ils contiennent des sels d’aluminium synthétiques.

 

Y a-t-il des substances à éviter ?

 

Les aisselles sont une zone sensible et perméable, dû principalement à la finesse de la peau et à une connexion avec le système lymphatique. Le contact répété des produits sur cette zone aurait des répercussions sur l’organisme et l’aluminium est souvent pointé du doigt.

Que disent exactement les études sur l’aluminium ?

L’aluminium est très répandu dans notre quotidien (nourriture, cosmétiques, vaccins, ...), cependant il n’a pas le même impact dans le corps en fonction de sa forme et disponibilité.

Les dérivés d’aluminium synthétiques des anti-transpirants ont fait l’objet de diverses études :

Plusieurs institutions ont engagé des études sur l’impact des sels d’aluminium synthétiques dans les déodorants. En 2011, l’AFSSAPS (désormais l’ANSM, Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et autres produits de santé) a diffusé un rapport concluant qu’ « aucun élément pertinent ne permet de considérer l’exposition par voie cutanée à l’aluminium comme présentant un risque cancérogène ».

La dernière étude date de septembre 2016. Les travaux de chercheurs Suisses sur des souris, publiés dans l’« International Journal of Cancer », montrent qu'une exposition prolongée au chlorure d'aluminium peut bel et bien entraîner l'apparition de tumeurs.

Afin de prévenir des risques éventuels, l’ANSM recommande donc de ne pas utiliser les sels d’aluminium sur une peau lésée (épilée ou rasée) et de limiter à 0.6% la concentration en Aluminium dans les anti-transpirants.

Comment repérer les sels d’aluminium synthétiques dans la liste d’ingrédients ?

Ils figurent en général sous l’appellation «aluminium chlorhydrate » ou « aluminium chloride ». Leur action est de créer une inflammation de surface qui va resserrer les pores et bloquer le phénomène naturel de transpiration. Le corps ne peut plus réguler correctement sa température pendant plusieurs heures.

Alternative : Que penser de la pierre d’alun ?

C’est un minerai naturellement présent dans de nombreuses régions du monde et connu depuis l’Antiquité. Elle est composée naturellement d’un double sel de sulfate d’aluminium et de potassium. Cependant il existe également une forme reconstruite synthétique. Ces 2 formes n’ont donc pas du tout les mêmes incidences sur la santé car elles ont des structures chimiques et disponibilités cutanées différentes.

La pierre d’alun naturelle « potassium alum » est naturellement hydratée ; elle est stable et inerte chimiquement, en comparaison aux autres sels d’aluminium synthétiques. Ses molécules ont une taille suffisamment importante pour ne pas traverser la barrière cutanée. Elles peuvent donc être facilement éliminées lors de la douche ou par la transpiration. Le laboratoire Odysud a fait le choix de n’utiliser que de la pierre d’alun naturelle.


 

Peu de données sont à ce jour disponible sur la pierre d’alun synthétique, « ammonium alum ». Mais sa structure chimique se rapproche de celle des sels d’aluminium synthétique, l’aluminium est disponible et peut alors se fixer sur la peau. Nous avons donc choisi d‘éviter ce type de dérivés synthétiques.

Quelle est la position d’Acorelle ? Comment s’engage la marque ?

X Pour mettre au point ses déodorants, Acorelle s’impose des règles strictes, interdisant :
Les antiperspirants ca
r le corps a besoin d’éliminer les toxines permettant d’éviter une sollicitation trop forte des autres organes

X Les sels d’aluminium synthétiques tels que «aluminium chlorhydrate » ou « aluminium chloride » dont l’utilisation répétée aurait des répercussions néfastes sur la santé ou encore la pierre d’alun synthétique par principe de précaution

X Les ingrédients chimiques (hormis les conservateurs autorisés par la charte Cosmébio) : pas de triclosan, d’EDTA, de parabènes, de phtalates, d’huiles minérales, de silicones, de colorants ou parfums de synthèse... dits persistants qui pourraient s’accumuler dans l’organisme ou l’environnement

X Les aérosols utilisant des gaz issus de la pétrochimie (butane et propane) très polluants et irritants

Acorelle ne fait aucun compromis sur le plaisir des textures, l’efficacité et la sécurité. Ainsi nos formules privilégient des ingrédients spécifiquement sélectionnés pour leurs actions complémentaires et leur innocuité :

 

La pierre d’alun, exclusivement naturelle, « potassium alum », sans danger pour l’organisme car elle émet au contact de l’eau des composés chimiquement stables, ne permettant pas à l’aluminium de pénétrer dans l’épiderme. Elle régule les mauvaises odeurs sans bloquer la transpiration. Elle limite le saignement sur des petites coupures et a des propriétés antiseptiques.

 

Des eaux florales biologiques de haute qualité : chargées d’actifs, ayant des propriétés purifiantes, apaisantes ou encore astringentes

 

 

Des extraits naturels choisis pour leurs propriétés astringentes ou encore bactéricides 

 

 

Des ferments qui permettant la destruction des molécules responsables des mauvaises odeurs

 

Du bicarbonate de sodium, produit multiusage par excellence, se révèle être un excellent agent déodorant permettant d’absorber la sueur et de neutraliser les odeurs. Obtenu par un procédé mettant en œuvre du carbonate de calcium (craie) naturel et du sel (chlorure de sodium), tous deux collectés en sous-sol à proximité de l'usine. Le bicarbonate bloque le développement des bactéries, et, en régulant le pH, évite une acidification propice à l’émanation des odeurs.

Pour une transparence totale envers nos consommateurs, nous indiquons la composition détaillée de nos produits cosmétiques sur notre site et également sur nos emballages.
Profitez donc des bienfaits de nos déodorants l’esprit
tranquille !





Paiements securisés
Reglez vos achats en toute securité
Frais de ports offerts
En France metropolitaine dès 40€ d'achats
echantillons offerts
à chacune de vos commandes
Retours gratuits
sous 14 jours